Taï, 19 mai 2022 (AIP) – La sous-préfecture de Taï rencontre, depuis sa réouverture, des difficultés pour délivrer les actes de naissance aux usagers, a constaté, mercredi 17 mai, sur place l’AIP.

Faute de registres d’état civil partis en fumée suite à un incendie en novembre 2020, les populations locales obtiennent désormais des copies de leurs actes de naissance au bout d’une longue et coûteuse procédure impliquant le tribunal de Guiglo.

Le périple commence pour le demandeur après s’être fait gratuitement délivrer un certificat de recherche infructueuse par le service d’état civil de la sous-préfecture de Taï. Il se rend ensuite à Guiglo, pour demander l’ordonnance d’un juge sans laquelle il serait impossible de retranscrire dans un nouveau registre l’extrait d’acte de naissance introuvable pour en délivrer une copie.

Datant de 1967 (création de la sous-préfecture de Taï), les registres d’état civil ont été successivement archivés auprès des tribunaux de Daloa, de Man, puis de Guiglo. Ce qui, selon le sous-préfet Klanon Dagnogo, rend extrêmement difficile et lente la reconstitution malgré les efforts conjugués des tribunaux compétents.

Pour la plupart des usagers, le coût global approximatif de 27.000 FCFA incluant le transport aller et retour Taï-Guiglo à 15.000 FCFA et l’ordonnance judiciaire délivré à 12.000 FCFA est dissuasif pour ne rien dire du temps à y consacrer. Selon le chef de l’état civil, André Gbéhé, il est urgent  que les autorités compétentes prennent des mesures exceptionnelles pour aider la sous-préfecture à satisfaire dans des délais raisonnables les demandes de plus en plus nombreuses à cause des concours et examens en vue.

L’affluence est en moyenne de 250 à 300 demandes d’actes de naissance par mois, depuis octobre 2021, date de réouverture de la sous-préfecture de Taï, ce qui est jugé faible vu les milliers d’actes à reconstituer. Malgré une tournée de sensibilisation entreprise par le sous-préfet auprès des populations des zones rurales, l’affluence, hormis la hausse conjoncturelle liée aux concours, est encore insatisfaisante à cause du coût élevé de la nouvelle procédure.

Le sous-préfet, après avoir salué la promptitude de l’État dans la reconstruction, en appelle à toutes les bonnes volontés pour soutenir l’action de l’État et faciliter la reconstitution des registres d’état civil, afin d’en réduire le coût et les délais de délivrance pour les populations locales.

Détruite par un incendie, le 20 novembre 2020, pendant la crise électorale marquée par un appel des partis politiques de l’opposition à une désobéissance civile, la sous-préfecture de Taï a été reconstruite et rouverte un an plus tard en octobre 2021.

Les nouveaux locaux comprennent une salle de réunion et deux bureaux supplémentaires. Durant cette période, les services de la sous-préfecture étaient délocalisés à la préfecture. Les circonstances de ce malheureux incendie font l’objet d’une enquête toujours en cours.

Source: (AIP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here