Ernest Nkwocha en pleine création dans son atelier à Lagos.

« Rien ne se perd. Rien ne se crée. Tout se transforme. » Lahcen Iwi et Ernest Nkwocha ont décidé d’en faire leur credo, cette maxime d’Antoine Lavoisier. Tous deux sont des artistes atypiques. Le premier est Marocain et le second, Nigérian. Et ils ont en commun de travailler la même matière : le caoutchouc ou plus précisément les pneus usagés.

Lahcen Iwi, travaillant sur l’une de ses plus belles création.

Leur leitmotiv : créer quelque chose de noble à partir de rien. Lahcen Iwi et Ernest Nkwocha travaillent donc ces vieux pneus qu’ils modèlent, façonnent pour leur donner les formes qu’ils veulent. Après qu’ils les aient récupérer à la ferraille ou dans les rues marocaines et nigérianes.

Dans sa résidence d’artiste, à Marrakech (Maroc), Lahcen Iwi et à Lagos, pour Ernest Nkwocha, nos deux créateurs laissent libre-cours à leurs émotions créatrices.

Lahcen Iwi et Ernest Nkwocha transforment les pneus usagés en forme bleu fonte. On peut ainsi apprécier leurs différentes créations sous forme d’animaux sauvages divers tels des licornes, dragons, chevaux, des chimpanzés, crocodiles, buffles, gorilles, lions, etc.

une œuvre de Lahcen Iwi.

Par leur esprit créatif, nos deux artistes nous débarrassent ainsi d’éléments pollueurs. Tout le monde sait les effets nocifs de ces pneus usés dans la nature. C’est pas moins de deux semaines à 2 mois qu’ils consacrent à leurs différentes créations.

Du pur recyclage, serait-on tenté de dire. Disons plutôt l’expression de l’Art dans ce qu’il a de plus beau. Ici, il s’agit d’art contemporain. Du vrai design !

Lahcen Iwi, lui, a déjà exposé à l’Institut du monde arabe à Paris et vendu plusieurs de ses créations en France. Lui et Ernest Nkwocha n’ont qu’une seule envie : être des modèles pour les générations futures.

Félicitations à tous les deux !

Patrick Russel

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here